•   Ayant fait la récente acquisition du second volume de coupe du vêtement féminin d'Esmod, j'ai décidé de m'attaquer à la construction du vêtement que je trouvais le plus difficile à ajuster jusque là : le pantalon. Au fil des ans j'en ai fait quelques uns, et les seuls portés régulièrement sont ceux qui s'évasent après la fesse. Pour le reste, je préfère faire des essayages en magasin et repartir avec quelque chose de solide qui me va vraiment, car j'ai toujours ressenti une gêne trop limitante dans les pantalons plus classiques fait-main: ceinture trop ferme, ceinture trop lâche, haut de cuisse trop serré, jambe qui vrille, tissu pas assez stretch, fesses trop bouffantes, taille qui baille, fourche intrusive, mollet trop serré, bref vous avez compris le topo : pour faire un pantalon qui tombe juste sur tous les points, il faut se lever de bonne heure.

      Aussi pour me chapeauter dans cette œuvre ai-je fait appel à mon joker, le cousin modéliste, en m'incrustant en urgence quelques semaines à son cours du samedi avant qu'il ne déménage loin de Paris.

      Nous avons donc construit la base de pantalon de ville selon les indications, fait une toile, corrigé, refait une toile, recorrigé, avant de se lancer dans la version définitive avec un coupon pas cher de laine dont je désespérais de faire quoi que soit.

      J'ai appris à monter un pantalon dans les règles de l'art, et si le tissu assez épais additionné de thermocollant nous a joué quelques tours sur les entrées de poche, la confection s'est accomplie tranquillement, en suivant le cahin-caha des cours collectifs où chacun planche sur son propre projet. Tout de même, un coup de bourre à la dernière séance, auquel la ceinture doit ses dimensions inégales. J'ai fait les finitions chez moi et ai affrontée seule le moment de vérité.

      Le bilan à l'essayage : essayez d'abord tout seuls d'identifier son défaut majeur...

    Pantalon sur mesure

     Tiens, ça me rappelle un article que j'ai commenté assez récemment ;) (sauf qu'ici c'est pire)

    Un indice : Les poches sont censées être italiennes.

    *
    *
    *
    *
    *
    *
    *
    *

    Vous avez trouvé ?

    Pantalon sur mesure

      Eh oui, le front de libération du quadriceps et de la basse fesse voudrait faire exploser cette largeur trop modeste pour accueillir le mètre de circonférence de mon tour de hanches ; les poches se contorsionnent dans un cri de douleur...

     

    Pantalon sur mesure

     

    Deux solutions simples s'offrent alors :

    Pantalon sur mesure

    1- Le port de la bretelle milieu dos

    Pantalon sur mesure

    2- Cambrer les reins en permanence

    Ou 3 - Harmoniser les hanches au prochain tour, peut-être abaisser un peu le dos, sans retomber sur un excès sur la fourche devant (ç'avait été notre problème sur les toiles).

     

    Pantalon sur mesure

      Pour le reste c'est bien joué : bonne hauteur pour la fourche, taille prise correctement sans être cisaillée, cuissot pas serré, tombé gracieux des jambes, passage des pinces devant sur le milieu et les côtés adroitement réalisé. Je viens de le porter pendant 2 jours, sans ceinture, et je ne sens même pas l'inconfort au niveau des hanches.

    Pantalon sur mesure

    Pantalon sur mesure

     

      A cause de son défaut esthétique, je ne porterai probablement pas beaucoup ce pantalon... mais il m'aura donné les éléments pour progresser sur le prochain !


    votre commentaire
  •   Aujourd'hui, ce sont les Walker Brothers et leur version parfaite de ce standard qui se collent au travail d'introduction :

      Pour la version définitive de la robe à large col, j'avais donc dans le collimateur les chambrays de la collection Sweet summer par Deer&Doe pour les trouvailles d'Amandine qui sur photo m'ont toujours eu l'air d'avoir la texture adéquate à ce projet.

      Il y avait deux références des tissus unis chez brin de cousette : le bleu clair et le heu... bleu pisseux encore plus clair genre ciel voilé avant la pluie (j'ai vu après qu'il s'appelait "nuage". Comme quoi), a priori pas ma couleur de prédilection. Comme je n'allais pas faire toutes les boutiques de la région parisienne et à cause de cette petite voix qui me susurre toujours dans ces moments là : "ah oui, mais si ça marche, ça pourrait relever du génie !!", et parce la toucher était en effet idéal, j'ai pris 2 mètres de ce tissu dans le deuxième coloris.

      Mais quand une fois rentrée chez moi je l'ai déposé sur un tas de fringues j'ai eu un vieux coup de blues :

    Summertime

      Il criait son désaccord avec mes couleurs préférées. Dans ce climat de révélation tragique, plus rien à faire, sinon se servir un doigt de whisky et s'apitoyer sur son aveuglement :

      Puis repartir.

    Summertime

      L'envers d'un jean fin d'occasion a rempli le rôle de la partie contrastante plus foncée, et l'aspect légèrement contrastant du col et les bracelets a été obtenu en utilisant l'autre face du chambray. Je n'ai entoilé que la patte de boutonnage, le col devant garder un aspect un peu flapi.

    Summertime

    Summertime

      Pas énormément de commentaires à faire. Je ne sais comment, la taille s'est retrouvée plus fine que sur la toile (8 cm de surplus, mais ça s'enfile toujours correctement). La couleur passe mais le tout, s'il fonctionne, fait assez enfantin (d'où le nom de la robe). Si je ressaie le modèle il sera probablement beige et marron clair, sans contrastant pour le col et les poignets. Le col sera encore un peu plus rapproché sur les épaules, et un peu plus large. Et les fronces des épaules encore trop abondantes, réduites.

    Summertime

      Je suis plutôt optimiste pour l'avenir de celle-ci car le tissu et la coupe sont très confortables.

    Summertime

    Poches sur une jolie photo / Poches dans la vraie vie


    4 commentaires
  •   La base de robe faite l'an dernier mais jamais vraiment exploitée revient sur le devant de la scène pour tester la version robe de ce haut à grand col . C'est ce dessin fait avec application à l'époque qui m'a convaincu de lui redonner une chance :

    Pieds de cochon à la Sainte-Ménéhould

      C'est parti avec une housse de couette à rayures roses et blanches, sans tricher avec l'élargissement (à la taille 1,5cm + la petite rotation d'axe de pince avec décalage de pince sur le côté) que j'imagine déjà trop large pour ce que je veux faire.

    Pieds de cochon à la Sainte-Ménéhould
     
    " Y'a plus, je laisse ?
    - Non merci, je suis un peu juste en monnaie."

    Pieds de cochon à la Sainte-Ménéhould

      Après retrait d'1.5cm sur chaque pince dos et d'1cm sur chaque côté (=5cm en tout), c'est beaucoup mieux. Le tour de taille de la robe fait alors 12cm de plus que mon tour de taille réel, et 5cm de moins que mon tour de poitrine actuel, ce qui permet un enfilage aisé sans système de fermeture.

      Je vais donc en rester là pour la taille, mais par contre ajouter quelques fronces à la jupe. Reste à lui faire des manches, et elle sera prête pour une version définitive !

    EDIT 26/03/14:

    Pieds de cochon à la Sainte-Menehould

      Voici la toile terminée : la manche droite a été faite en premier, en me servant de la méthode Chiapetta pour varier les plaisirs (à la vérité ça m'arrangeait car elle s'éloigne un peu plus du corps que la manche montée d'esmod), le but étant d'obtenir une manche ballon aux proportions modestes. Il y avait un peu trop de fronces et surtout leur disposition de carrure dos à carrure devant fait qu'on a l'impression d'avoir glissé un disque dedans. J'ai donc adapté la manche gauche en enlevant un peu de fronces et en les regroupant davantage sur le haut de la manche, en la raccourcissant d'1cm, et en agrandissant le bracelet d'1cm (26cm me semble donc être la dimension de Dieu pour un bracelet situé à cette hauteur :) )

       Reste à diminuer un poilichon la largeur des épaules, rapprocher un peu le col du cou, et doubler les fronces sur la jupe sur la version définitive.

    EDIT 28/03/14:

    Pieds de cochon à la Sainte-Menehould

      Après avoir découpé le tissu de la version finale, je ne suis toujours pas sûre de la façon dont je vais disposer les faces du sergé bleu clair.

      Livrons-nous à l'exercice irrationnel des premières impressions en agençant grossièrement les morceaux (l'épaule, le jambon, l'échine, le collier, pour rester dans le thème du billet...).
    Les assemblages 1 et 4 sont là pour voir ce que ça donne avec des manches plus foncées comme pour la toile. Mais en réalité ce sont les 4 autres versions qui m'intéressent.
    Ouvrons notre esprit aux connotations les plus absurdes : la 2 fait blouse de peintre un peu sac, la 3 fait pensionnaire citadine, la 6 pensionnaire rurale, la 5 robe du dimanche pour la pensionnaire rurale. Choisissons : difficile...


    5 commentaires
  •   Laissons aux Frères Jacques le soin d'introduire ce billet :

      Une toile sépare le vêtement présenté aujourd'hui du dessin montré la dernière fois. L'interprétation a pu être littérale, sans système de fermeture particulier, et l'avantage d'avoir dessiné une esquisse précise a fait que je n'ai eu qu'à reprendre les proportions pour obtenir la tête de chat en taille réelle. Le petit casse-tête à été de résorber les pinces devant dans les poches, et d'estimer le plus bas niveau des petites hanches dans lequel j'étais encore à l'aise (trop bas et le haut porté en dessous se débine sur les côtés).

    Ce n'est que le petit bout de la queue du chat

      J'ai utilisé un coupon classé dans les 'inutilisables' (également nommés 'crème des merdes' (sœur aînée ©)), i.e. ces coupons que, couturière plutôt débutante, on achète en se disant qu'on ferait bien un truc comme ci ou comme ça avec avant de s'apercevoir dans la désolation que ça ne va pas le faire du tout et qu'en plus de ça on n'est pas près de leur trouver une voie de réinsertion. C'est ici une gabardine de coton bien raide avec un taux non négligeable d'élasthanne.

    Ce n'est que le petit bout de la queue du chat

      La tête de chat et le volant dos sont doublés de voile noir, le reste est ourlé de biais fait dans le même voile. Après votation pour savoir si ruban rouge ou ruban rose, tout le monde est tombé d'accord sur le rose. Tout le monde sauf l'élasthanne...

    Ce n'est que le petit bout de la queue du chat

    Ce n'est que le petit bout de la queue du chat

      Je suis contente d'avoir trouvé la forme que je cherchais rapidement. Je ne pense pas la porter beaucoup (je n'en rêvais pas depuis des mois non plus), mais cette fantaisie m'aura fait un bon entraînement sur le style salopette.

    Ce n'est que le petit bout de la queue du chat

     Archibald préfère les couleurs d'automne. Pas de jaloux.
    Je me ferais bien un gilet de la couleur de ce chat d'ailleurs...


    Ce n'est que le petit bout de la queue du chat


    2 commentaires
  •   Cela fait quelque temps que j'ai envie de dessiner une robe chasuble, noire plutôt à boutonnage simple. Et puis en faisant du tri dans des post-it griffonnés au boulot, je suis retombée sur une esquisse de robe avec une mosaïque poitrine qui dessinait un chat. Laissant de côté le concept un peu poussif de mosaïque, j'ai eu envie de jouer avec l'idée de tête de chat sur ma silhouette de base, idée qui se rapproche de celle de la salopette à tête de cerf, que je ne porte guère à cause du pantalon pas très confortable dont le tissu n'était pas optimal.

    Idée tordue

    Il serait noir, avec un petit collier rouge

      La robe chasuble minimaliste attendra probablement encore un peu. Il y avait une V1 "combichat", mais je ne vois absolument pas où mettre une ouverture !

    Idée tordue

    Le réalisme jusque dans le nombre de festons


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique