•   Une robe d'été terminée juste à temps pour les premières chaleurs parisiennes, voilà qui fait plaisir !

      Je n'ai pas un stock énorme de tissu (une petite vingtaine de coupons), mais par contre j'avais une flemme énorme d'en chercher exprès. J'ai donc soigneusement évalué les possibilités de combinaison entre les différents types de tissu et leur métrage respectif pour me décider à risquer un mélange flamboyant bâti autour du commode Liberty "Pointillism", un réservoir de couleurs "automne-compatibles". Plastron dans un reste de tissu violet, biais et ceinture dans un autre, "cape" dans un mini coupon de viscose (j'ai essayé de trouver le nom de couleur correspondant sur Wikipedia, et n'y ai vu que des noms pas possibles : queue-de-vache (la nuit tous les chats sont gris), havane (et toutes les couleurs de cigare associées), isabelle (tiens, un ami des bourrins), bureau (gné??)) et doublure dans une viscose jaune d'or ( :D )

    Une jolie fleur

      Je ne sais pourquoi exactement, j'ai la hantise des doublures et ai toujours cherché à leur échapper. Pourtant les français, ça aime doubler ? C'est probablement à cause du gros surcroît de travail qu'elles impliquent et des fournitures demandées (je n'ai jamais de doublure adéquate sous la main (et guère de doublure tout court)). Force m'a été de constater qu'elles sont pourtant indispensables sur la plupart des jupes si je ne veux pas passer mon temps à regarder si le niveau de retroussage pendant la marche n'atteint pas la barre de l'indécence. Donc j'essaye de me désensibiliser.

    Quicksand

      La pose du biais n'est pas toujours topitop, je pense le défaire et le refaire sur cette emmanchure gauche sitôt cet article terminé parce que c'est pas jojo. Le biais sur les emmanchures et l'encolure n'était pas prévu à l'origine et je me suis un peu emmêlé les pinceaux dans la marge de tissu à laisser lors de la couture.
    J'ai ourlé la doublure à la va comme je te pousse parce par manque de connaissance des us et coutumes en ce domaine ; il y a bien des noms comme ourlet laitue (quand est-ce qu'on mange ?) ou ourlet roulotté qui résonnent à mes oreilles, mais même en lisant le mode d'emploi de ma machine j'ai pas été foutue de savoir si j'avais vraiment compris de quoi il s'agissait. Pour l'Anouk j'avais fait un zigzag très serré sur le bord, ça me convenait mais il restait tout de même de tous petits poils qui dépassaient; là j'ai fait la même chose en repliant le bord du tissu de 2 mm en le prenant dans le zigzag en cousant : même aspect, sans les poils qui dépassent.

    Quicksand

      La meuf qui ne veut pas qu'on voie sa culotte mais qui ferme sa jupe par une fente avec 2 agrafes. La couture est un enchaînement d'actes manqués. Enfin, l'imprimé foufou et le dos-nu font diversion.

    Une jolie fleur

    Une jolie fleur

      Je ne voulais pas de pinces apparentes sur le devant, donc la taille n'est pas spécialement moulée. La viscose employée pour la cape est assez dense, et j'ai fait du biais en Liberty pour l'ourler.

    Une jolie fleur

      J'avais hésité à faire une version propre de la robe parce que j'étais pas encore tout à fait convaincue par le dos. On voit que je pourrais encore remonter le côté des épaules dos pour atténuer ce gros pli le long de la colonne vertébrale. Je serais assez curieuse de voir ce qu'aurais donné une version avec 10cm de moins au dos. M'enfin comme dirait l'autre, "Choisir, c'est renoncer".

     

    Une jolie fleur dans une peau de vache

    EDIT : J'ai aperçu une vache couleur queue-de-vache. À part la queue :)


    6 commentaires
  •   Entre deux averses, un point sur la genèse de la robe à thème "Dévoiler sans tout montrer".

      Le dessin retenu la place d'emblée dans la catégorie des robes tendance, bicoz y a un dos asymétrique. Je voulais une continuité avec le devant, donc y a une continuité avec le devant sous forme d'un genre de boléro. Et comme il fallait une jupe vu que c'est une robe, va pour une jupe évasée avec une petite ceinture droite.

    Robe d'été
    Devant - Dos - Sans la pièce de dos

      Gros moment de tournage autour du pot : la construction de ce modèle repose sur la hauteur de placement de la ceinture : trop bas, on voit ma culotte et on se demande si j'ai une taille quelque part; trop haut et le dévoilement du dos tombe à l'eau à moins de placer le boléro plus haut sur la poitrine, ce qui est fort laid.

    Illustration avec la première toile :

    Robe d'été

    Boléro trop haut, épaules trop larges, col pas assez creusé devant. Dos trop carré.

    Deuxième toile avec la jupe

    Robe d'été

    La taille m'arrive au niveau du nombril : j'ai l'impression de porter une taille très basse genre années 20. Sur photo ce n'est pourtant pas laid, et ça respecte précisément le dessin.
    Le dos est peut-être un peu long cette fois, mais la pente vue de profil me convient tout à fait.
    L'évasement de la jupe est convenable, mais il faut que j'ajuste la longueur côté du heu, comment nommer cette pièce : plastron devant ?
    L'encolure est un peu trop étroite cette fois et trop creusée sur le devant.

    Le modélisme... c'est toujours trop.

    Même toile avec la jupe remontée de quelques cm :

    Robe d'été

      Allez, on y croit !!

    Robe d'été

    EDIT 05/06/14 : côté météo, c'est mieux. Côté toile aussi.

    Troisième toile :

     

    Robe d'été

    La taille a été remontée de 2cm, et les côtés de la jupe un peu moins évasés. L'encolure devant est bien, celle du dos ne me satisfait pas encore. Surtout, je pense que je vais réduire la longueur de la "cape" sur la version finale.


    2 commentaires
  •   Cela fait longtemps qu'on n'a pas vu ma tête dans le coin... Piqûre de rappel avec le me-made-day-of-every-other-month, adaptation locale de la coutume consistant à prendre régulièrement pendant un mois des photos de ses tenues quotidiennes comportant au moins un habit fait maison. Comme ici, ce sont plutôt les jours où je porte du tout industriel qui sont rares, j'ai préféré sélectionner deux tenues illustrant la cohérence que l'on est ravi de trouver, parfois par hasard, à l'intérieur d'une garde-robe constituée à tâtons au fil des ans.

    En juin ce sera bien 

      Ensemble de mars : à part les chaussures et la ceinture, tout est fait maison. J'aime beaucoup ces camaïeux de beiges et de marron. L'écharpe ne me quitte pas souvent, et j'ai du quitter les chaussures qui se sont trouées. Je les aurait bien rachetées pour la troisième année consécutive, hélas André ne fait pas de collections permanentes.

    En juin ce sera bien 

      Ensemble de mai : Depuis que ce chemisier et cette robe en viscose ont été cousus, il y a respectivement un et deux ans, je ne les ai pas portés plus de deux fois. La robe à cause du côté très habillé et du décolleté portefeuille, et le chemisier à cause de la viscose qui froisse pas mal et vire au bleu marine avec toucher cartonné au contact de l'humidité (= marques de transpiration très glamour), et aussi du col un peu trop raide fait d'après un modèle du Pattern magic (chouette à réaliser, un peu moins facile à porter). Ces deux vêtements étant soutenus par le même cintre, j'ai fini par les essayer ensemble par curiosité. Et c'était tout à fait convaincant. Bien que cela fasse deux fois plus habillé, j'y suis deux fois plus à l'aise. Je crois que je ne les porterai plus qu'ensemble !


    votre commentaire
  •   Ayant fait la récente acquisition du second volume de coupe du vêtement féminin d'Esmod, j'ai décidé de m'attaquer à la construction du vêtement que je trouvais le plus difficile à ajuster jusque là : le pantalon. Au fil des ans j'en ai fait quelques uns, et les seuls portés régulièrement sont ceux qui s'évasent après la fesse. Pour le reste, je préfère faire des essayages en magasin et repartir avec quelque chose de solide qui me va vraiment, car j'ai toujours ressenti une gêne trop limitante dans les pantalons plus classiques fait-main: ceinture trop ferme, ceinture trop lâche, haut de cuisse trop serré, jambe qui vrille, tissu pas assez stretch, fesses trop bouffantes, taille qui baille, fourche intrusive, mollet trop serré, bref vous avez compris le topo : pour faire un pantalon qui tombe juste sur tous les points, il faut se lever de bonne heure.

      Aussi pour me chapeauter dans cette œuvre ai-je fait appel à mon joker, le cousin modéliste, en m'incrustant en urgence quelques semaines à son cours du samedi avant qu'il ne déménage loin de Paris.

      Nous avons donc construit la base de pantalon de ville selon les indications, fait une toile, corrigé, refait une toile, recorrigé, avant de se lancer dans la version définitive avec un coupon pas cher de laine dont je désespérais de faire quoi que soit.

      J'ai appris à monter un pantalon dans les règles de l'art, et si le tissu assez épais additionné de thermocollant nous a joué quelques tours sur les entrées de poche, la confection s'est accomplie tranquillement, en suivant le cahin-caha des cours collectifs où chacun planche sur son propre projet. Tout de même, un coup de bourre à la dernière séance, auquel la ceinture doit ses dimensions inégales. J'ai fait les finitions chez moi et ai affrontée seule le moment de vérité.

      Le bilan à l'essayage : essayez d'abord tout seuls d'identifier son défaut majeur...

    Pantalon sur mesure

     Tiens, ça me rappelle un article que j'ai commenté assez récemment ;) (sauf qu'ici c'est pire)

    Un indice : Les poches sont censées être italiennes.

    *
    *
    *
    *
    *
    *
    *
    *

    Vous avez trouvé ?

    Pantalon sur mesure

      Eh oui, le front de libération du quadriceps et de la basse fesse voudrait faire exploser cette largeur trop modeste pour accueillir le mètre de circonférence de mon tour de hanches ; les poches se contorsionnent dans un cri de douleur...

     

    Pantalon sur mesure

     

    Deux solutions simples s'offrent alors :

    Pantalon sur mesure

    1- Le port de la bretelle milieu dos

    Pantalon sur mesure

    2- Cambrer les reins en permanence

    Ou 3 - Harmoniser les hanches au prochain tour, peut-être abaisser un peu le dos, sans retomber sur un excès sur la fourche devant (ç'avait été notre problème sur les toiles).

     

    Pantalon sur mesure

      Pour le reste c'est bien joué : bonne hauteur pour la fourche, taille prise correctement sans être cisaillée, cuissot pas serré, tombé gracieux des jambes, passage des pinces devant sur le milieu et les côtés adroitement réalisé. Je viens de le porter pendant 2 jours, sans ceinture, et je ne sens même pas l'inconfort au niveau des hanches.

    Pantalon sur mesure

    Pantalon sur mesure

     

      A cause de son défaut esthétique, je ne porterai probablement pas beaucoup ce pantalon... mais il m'aura donné les éléments pour progresser sur le prochain !


    votre commentaire
  •   Aujourd'hui, ce sont les Walker Brothers et leur version parfaite de ce standard qui se collent au travail d'introduction :

      Pour la version définitive de la robe à large col, j'avais donc dans le collimateur les chambrays de la collection Sweet summer par Deer&Doe pour les trouvailles d'Amandine qui sur photo m'ont toujours eu l'air d'avoir la texture adéquate à ce projet.

      Il y avait deux références des tissus unis chez brin de cousette : le bleu clair et le heu... bleu pisseux encore plus clair genre ciel voilé avant la pluie (j'ai vu après qu'il s'appelait "nuage". Comme quoi), a priori pas ma couleur de prédilection. Comme je n'allais pas faire toutes les boutiques de la région parisienne et à cause de cette petite voix qui me susurre toujours dans ces moments là : "ah oui, mais si ça marche, ça pourrait relever du génie !!", et parce la toucher était en effet idéal, j'ai pris 2 mètres de ce tissu dans le deuxième coloris.

      Mais quand une fois rentrée chez moi je l'ai déposé sur un tas de fringues j'ai eu un vieux coup de blues :

    Summertime

      Il criait son désaccord avec mes couleurs préférées. Dans ce climat de révélation tragique, plus rien à faire, sinon se servir un doigt de whisky et s'apitoyer sur son aveuglement :

      Puis repartir.

    Summertime

      L'envers d'un jean fin d'occasion a rempli le rôle de la partie contrastante plus foncée, et l'aspect légèrement contrastant du col et les bracelets a été obtenu en utilisant l'autre face du chambray. Je n'ai entoilé que la patte de boutonnage, le col devant garder un aspect un peu flapi.

    Summertime

    Summertime

      Pas énormément de commentaires à faire. Je ne sais comment, la taille s'est retrouvée plus fine que sur la toile (8 cm de surplus, mais ça s'enfile toujours correctement). La couleur passe mais le tout, s'il fonctionne, fait assez enfantin (d'où le nom de la robe). Si je ressaie le modèle il sera probablement beige et marron clair, sans contrastant pour le col et les poignets. Le col sera encore un peu plus rapproché sur les épaules, et un peu plus large. Et les fronces des épaules encore trop abondantes, réduites.

    Summertime

      Je suis plutôt optimiste pour l'avenir de celle-ci car le tissu et la coupe sont très confortables.

    Summertime

    Poches sur une jolie photo / Poches dans la vraie vie


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique